18 outsiders passés au crible

Dans cette catégorie, nous avons mis les 18 parieurs qui n’en sont pas à leur première participation, qui ont un palmrès encore vierge mais qui veulent monter sur le podium sur cette compétiton russe …

Antoine : de nombreuses tentatives ratées mais c’est peut-être la bonne, en tout cas, lui, il le sait. Sa grille est prudente, peu de buts, adepte du 2-0 (11 fois) et 1-0 (9  fois). Ces petits scores en poule l’emmeneront dans les hauteurs du classement et il pourrait mettre tout le monde d’accord avec son Isco meilleur buteur, un joli coup qui lui ramènerait 30 pts. L’Espagne bat le Brésil en finale, l’Allemagne et la France en découdront pour la 3eme place. Un vrai outsider

Denis : a fait presque toutes les compétitions et pourtant son palmarès est vierge. Il affiche pourtant des ambitions cette année car personne ne l’attend, lui qui a eu la crotte au dernier Euro. Le Nigéria en huitièmes, le Sénégal en quarts. Un dernier carré logique mais qui lui rapportera des points avant d’écraser la concurrence avec son Cavani meilleur buteur de la compétition. Et comme il est chauvin, la France gagnera en finale contre l’Allemagne.

Diabolo, 3ème tentative qu’il espère gagnante. Son Euro 2016 avait été de qualité. Montera-t-il en puissance pour rentrer dans l’histoire ? Sa stratégie est claire : surprendre ses adversaires en misant la Russie en demi-finale. Il est le seul à tenter ce coup qui pourrait être payant. Une grille qui reste prudente avec peu de buts, beaucoup de petits scores. Pas très chauvin puisqu’il sort la France en quart…L’Espagne bat le Brésil en finale et Neymar est sacré meilleur buteur

Dock, après des cuiller en bois, notre neo-zélandais vise plus haut avec des stratégies osées. Enfin la bonne année ? Une grille couillue qu’on aime ! L’Amérique du Sud et l’Amerique centrale au RDV : l’Uruguay, le Pérou, l’Argentine, le Costa Rica, le Mexique, la Colombie en huitièmes. Bon il n’a pas osé le Panama…mais il tente le Pérou en quart. Son 7-0 pour la France contre l’Australie lui fera prendre la tête. La Russie en demi finale contrairement à l’Espagne  qu’il sort en huitièmes et l’Allemagne qu’il sort en quarts. La France s’impose en finale contre la Belgique. S’il a le bon carré final, il sera déjà bien placé. Eden Hazard lui assurera le sacre, avec son titre de meilleur buteur.

Elise : des grilles ratées, des désillusions elle a connues, mais cette année c’est le bon cru. Elle vient pour gagner et pas pour jouer à la poupée russe. Fini le chauvinisme, elle vire la Frane dès les huitièmes et va ainsi se démarquer de ses concurrents directs. Elle mise sur une coupe du monde riche en buts (159 buts en poule, c’est osé !). 24 scores à 4 buts et plus… Une stratégie à double tranchant mais qui a le mérite d’être claire. Oser pour gagner, comme le Danemark en quarts. L’Espagne bat le Brésil et Neymar est meilleur buteur.

Fen/Eliott : une grille ultra prudente mais ambitieuse pour ce duo père-fils. Peu de buts en poule (74 buts pour 48 matchs). Leur plus gros score : un 3-1… Leur stratégie du 1-0 (misée 24 fois !) pourrait s’avérer payante mais le mondial risquerait alors d’être bien tristounet…Un dernier carré logique, l’Espagne qui bat la France en finale, et Diego Costa pour être un peu original !

Freddy, plusieurs tentatives vaines mais ila décidé de sortir ses griffes. Une grille qui allie prudence (dans les scores; peu de buts, peu de gros scores) et originalité en misant sur sa finale sud-américaine que très peu ont misée. Cela pourrait s’avérer gagnant. Il calmera tout le monde avec sa stratégie argentine et avec son Dybala meilleur buteur.

Gabie, elle veut faire un retour fracassant. Sa stratégie ? Etre logique, rafler plein de bons scores… Comme sa ptite subtilitée du 2-0 misée six fois dans la poule D. Un dernier carré classique, un Neymar meilleur buteur et l’Espagne qui bat le Brésil. Une note d’originalité avec l’Australie, en hutièmes, tout comme le Costa Rica et le Nigéria… Une candidate sérieuse

JC, Pedros de Metz : après de nombreux échecs, on le sent affûté pour cette nouvelle compétition. So chauvinisme l’emmenra-t-il au firmament ? Il gicle l’Argentine dès les poules et  l’Espagne en quarts. Là c’est gonflé et ça peut payer et écarter beaucoup de concurrents. L’Australie et la Pologne qui se glissent jusqu’en  quarts de finale, le Portu en demi. Et la France qui bat l’Allemagne en finale mais avec des teutons qui se consolent avec le sacre de Thomas Muller meilleur buteur. Une grille originale qui mériterait un podium.

Jules/Nounours, un autre binôme père/fils. Le fiston sacrifie sa carte perso pour éviter à son père le cauchemar d’une deuxième tête de mort après le naufrage de Nounours à l’Euro 2016. Alors quelle stratégie pour renverser les tenors ? Et bien c’est la prudence qui est de mise dans cette grille avec un dernier carré classique France-bresil-Espagne-Allemagne. L’Islande qui passe les poules tout comme le Senégal, ça peut rapporter. Le Brésil vainqueur contre l’Espagne, Griezmann meilleur buteur etune dizaine de bons scores suffiront pour gagner la compétion malgré une grosse concurrence

Marco : il veut enfin s’imposer après quelques tentatives infructueuses. Il pourrait faire la différence dès les poules par ses choix africains et américains  : il qualifie l’Egypte, la Tunisie, le Maroc, le Nigéria Le Costa-Rica et le Pérou. Rien que ça ! Un dernier carré logique et la France qui bat l’Espagne aux pénos en finale. Un M’Bappé meilleur buteur l’emmenera sur le podium.

Pierre-Marie : a fait toutes les compètes sans atteindre le podium qu’il a parfois titillé. Il s’est préparé physiquement et mentalement, arrive à maturité et va relever le défi russe. Son tableau final assez logique combiné avec des prises de risques sur les scores vont rapidement payer ( 9 gros scores à 4-0, 4-1 ou 5-0). La France qui bat l’Allemagne aux penos et Griezmann meilleur buteur. Que rêver de mieux ?

Quentin : palmarès toujours vierge mais il n’a pas participé à beaucoup de compètes. Il est pourtant très confiant et toujours aussi chauvin. Pour jouer dans la cour des grands, il pense jouer la sécurité, pas de surpise notoire, pas de gros scores ( 8 scores à 4 buts et +). Mais sa finale France-Allemagne écartera bon nombre de candidats au podium. La France vainqueur, Griezmann meilleur buteur, un chauvinisme qui sera gagnant.

Seb LPO : il revient encore plus fort après un break de quatre ans. Il pense avoir la combinaison gagnante. Un candidat possible au podium. Pourquoi ? Parce qu’il n’a pas misé l’Espagne en demi et que peu de parieurs l’ont osé. Parce qu’il croit au Portugal qu’il envoie en demi. Parce que sa finale est la bonne et que la France gagnera la coupe du monde contre l’Allemagne 1-0 et que ça, ça va payer. Et que Grizou sera meilleur buteur et qu’il le savait.

Solène, de nombreuses participations, parfois de belles perf,  mais jamais de grands frissons de podium. 2018, l’année de la révélation ? On pourrait le penser si sa stratégie du 4-0 passe. Misés 12 fois, ce score pourrait bien garnir son panier de points. En tout cas, elle n’a pas froid aux yeux. Sa grille reste magré tout prudente excepté le choix d’écarter l’Espagne dès les quarts. L’Argentine va en demi. Et c’est la France qui s’impose contre l’Allemagne en finale, aux penos et c’est là qu’elle fera la diff par rapport aux 10 autres qui ont cette finale. Et Griezmann évidemment en goléador hors-normes

Tanguy, 3eme participation où il espère briller, surprendre et rafler le pactole. Comment se démarque-t-il de la concurrence ? Par une expertise fine alliant classicisme et prise de risques. Des scores prudents mais un 3-3 entre la Tunisie et le Panama qui va marquer les esprits. L’Allemagne sortie en huitièmes par la Colombie qui va jusqu’en demi-finale. Et ça personne ne le savait. Lui avait compris et ça va le hisser dans le haut du tableau. Sa finale lui ramènera pas mal de points avec l’Espagne qui bat le Brésil, mais son dernier coup de massue, c’est Gabriel Jesus meilleur buteur.

Titouan, il a fait ses preuves au tour de France, alors, il vise un doublé avec cette coupe du monde. 2018, c’est pour lui. Une double stratégie pour y arriver : des buts à la pelle et donc des scores exacts qui vont lui rapporter beaucoup. 163 buts pour ses 48 matchs de poule ! Et 26 scores à 4 buts ou plus. Bravo, c’est osé. Mais son coup de poker, c’es Coutinho meilleur buteur. 30 points que les 45 autres concurrents ne prendront pas… sinon, tableau classique, avec l’Espagne sacrée championne contre le Brésil, la France et l’Allemagne complétant ce dernier carré.

Xav, lui aussi a fait ses preuves au tour de France et reste sur une quatrième place à l’Euro 2016. Il doit confirmer et peut même tout déchirer. Parce qu’il est le seul à croire en Giroud meilleur buteur et que ça va payer… et parce que sa stratégie du 1-1 va évidemment marcher. 14 fois misé, c’est un record. Et il faut des records pour être sacré champion. Et la Belgique ira en demi et pas le Brésil, et ça aussi, ça fera la différence. L’Espagne bat la France en finale c’est juste ça qui va un peu lui gâcher sa fête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>